Manque de mots

Je suis à court de mots pour décrire l’incroyable expérience que je viens de vivre grâce au Festival d’été de Québec. Encore une fois, grâce au talent des programmateurs et de toute l’équipe pour ce qui touche de près ou de loin l’organisation du plus beau festival de musique à Québec, j’ai pu combler deux de mes plus grandes passions : la photo et la musique.

J’ai fait de belles découvertes et j’ai enfin pu voir en spectacle des artistes de talent extraordinaire tel Foxtrott, Grimes et Metric. Dame Nature a même surpassé mes espérances.

Grâce à l’opportunité d’être blogueuse officielle pour le Festival d’été de Québec, j’ai eu la chance de partager avec vous mon opinion sur mes propres expériences au festival, de même que mes impressions des artistes que j’ai vus.

Mais mon aventure de blogueuse ne se termine pas ici. Comme vous l’ignorez peut-être, je collabore de temps à autre avec quelques médias de la ville de Québec. Peut-être aurons-nous la chance de nous recroiser, ou peut-être oserez-vous me suivre sur mon site web personnel, allisonvanrassel.com ou au foodiequebec.com

D’ici là, j’ai concocté quelques «couvertures» photo pour les adeptes de Facebook. Je les offre gratuitement ici. Suffit que vous soyez inscrit sur Facebook!

Voici deux exemples de ce que vous y trouverez!

La perfection nommé Sarah McLachlan

Sarah McLauchlan au Festival d'été de Québec 2012

©Allison Van Rassel

J’ai vu Sarah McLachlan pour la première fois en 1998 au parc Jarry à Montréal dans le cadre du Lilith Fair, une journée de musique qui célèbre la femme. À cette époque-là, elle avait sur scène avec elle un grand tapis marocain sous ses pieds et était accompagnée de son chien, couché près d’elle, comme si nous étions dans son salon. Sarah McLachlan était à ce moment-là mon idole.

Je n’avais pas revu Sarah McLachlan sur scène depuis 1998. Vendredi soir, j’ai vécu à nouveau des moments de ma vie et revu des visages à la seconde où I Will Remember You a débuté. Je n’avais pas non plus écouté du Sarah McLachlan depuis 1998, parce que j’ai vécu trop de peines accompagnées par sa musique. Ah! la mémoire sensorielle. Si seulement j’étais un peu moins émotive.

Lorsque Sarah McLachlan est entrée sur scène vendredi soir, j’ai senti une masse d’air chaud me pousser dans le dos. J’étais à l’avant-scène (pit photo) pour prendre quelques clichés et j’ai senti, littéralement, tout l’amour que les festivaliers avaient pour elle. Je pense qu’elle l’a bien senti elle aussi, car aussitôt son visage s’est illuminé. Elle a d’ailleurs gardé un beau grand sourire tout au long de sa prestation.

Sarah McLachlan était d’une beauté resplendissante et semblait être dans une forme physique incroyable. Tous ses déplacements sur scène captaient notre attention. Chaque note, chaque mélodie entamée à la guitare ou au piano étaient parfaites. Pas une fois n’a-t-on entendu quelque chose de faux sortir de sa bouche. Fabuleux pour une femme qui vient de passer une des périodes les plus difficiles de sa vie. Dire qu’elle croyait ne plus être capable de revenir sur scène.

Ça fait du bien de renouer avec le passé grâce à la musique de Sarah. Ça fait surtout du bien de se rendre compte à quel point la vie est belle aujourd’hui et que le passé, c’est tellement 1998.

Tout un dilemme!

J’ai regardée la tendance météo des 14 prochains jours. Beau. Pas trop humide, pas trop pluvieux. Beau.

Je suis assez old school lorsque je choisis mes spectacles. Je travaille mes choix de spectacles à partir du pamphlet en papier, dans le dedans de mes mains, avec mon beau surligneur vert. Et j’achète encore des cds et je me tache les doigts avec le journal. Ce n’est pas que je ne veuille faire des changements, j’aime mieux avoir des cds qui ramasse de la poussière. Je suis allergique à la poussière, mes cds me font sentir en vie au moindre éternuement! Je suis une old school masochiste. Matante aussi, parfois. Mais j’m’assume.

Bref, je suis en plein dilemme quant à certains spectacles. Demain, jeudi le 5 juillet, c’est LE SEUL soir où je ne me pose pas de questions. C’est clair que je vais à la scène Hydro-Québec voir Sidi Touré et Radio Radio. Tous les autres soirs, j’aurai un choix déchirant à faire. Non,  j’ai menti. Adam Cohen est aussi un choix évident pour vendredi. Quoi que LMFAO, juste pour la foule…ugh!

Samedi : Lionel Richie ou Cubic Zironia? Lionel, oh! Lionel. C’est mon côté kitsch des années 80 dont je ne peux me passer. Et Cubic Zirconia, c’est mon amour pour le new-disco teinté de hip-hop, un mélange de genre que j’adore et peu d’artistes font le mélange. Calvin Harris le fait, mais beaucoup plus électro.

Dimanche :Misteur Valaire et Jean Leloup. La rumeur veut que Misteur Valaire a un décor de la muerte sur scène et que Jean Leloup ait de la misère à remplir ce même décor. Et pourquoi pas MV à la tête d’affiche?? Et Jean Leloup, fera-t-il la Queen? Collaborera-t-il avec MV?? Bref, c’est très tentant d’assister à ce spectacle pour les «surprises». MAIS, il y a CULTS à l’Impériale! Arghwrahawarghwrahh! Juste pour cette chanson-, juste.

C’est difficile jouer du xylophone tsé.

Si je base mon choix tel Jason Segel le ferait dans le film Jef, Who Lives at Home, le titre de la chanson-ci-haut de CULTS me dira quoi faire. It’s a signe! oui, sign-e.

Lundi :Klo Pelgag est un choix évident. Thank god est elle à midi. Ensuite c’est soit Salomé Leclerc/Monogrenade ou Dashboard Confessionnal et Bon Jovi ou Walk Off the Earth/Qualité Motel. pffffffffffffff. Monogrenade j’ai vu et fait une entrevue avec eux cet hiver, juste avant leur départ pour la France. Dashboard Confessionnal n’a rien fait depuis, depuis The Swiss Army Romance? Tant qu’à moi ça s’arrête là. Walk Off The Earth j’ai vu à Ellen, est-ce que ça compte? lolll! Et si je vais voir Misteur Valaire dimanche, est-ce que j’aurais alors aussi vu Qualité Motel? Nahhhhhhh, pas pareil même si les ingrédients se mélangent.

Mardi : Patrick Watson ou Sarah Slean? J’ai tous leurs albums. Je n’aurai pas le temps de partir de l’Impériale après Sarah et arriver à temps pour Patrick au Pigeonnier. À moins que…

Mercredi : Est-ce que j’aurai envie de danser ou de me folker la vie? Ça va dépendre de mon mojo j’imagine. Mais j’avoue que Katie Moore, Great Lake Swimmers et Dan Mangan me titille pas mal plus. Et Katie Moore, c’est un choix pas mal évident. Je la connais de ses collaborations avec SoCalled et j’adoooooore sa voix. Et de plus, elle n’était pas avec lui lors de son passage au Cercle le 26 mai dernier.

Jeudi : Je suis une gawiche dans l’âme. Si j’avais vécu mon adolescence dans les années 70-80, c’est avec des jeans serrés, un toupet crêpé et un t-shirt d’Aerosmith beaucoup trop court que je l’aurais fait. Dieu merci ce ne fut pas le cas. Mais j’adore le classic rock. Ce n’est définitivement pas pour mon look que j’ai animé sur les ondes de CHOM 97,7 FM à Montréal! Mais mon cœur de mélomane veut Mozart’s Sister (ex-membre de Think About Life), Grimes et Ariane Moffatt (encore!). Si Grimes fait des spectacles à guichet fermé à New York…

Vendredi : Sarah Mclachlan (et Susan Vega qui s’y ajoute) contre Beirut! Lilith Fair en 1998 est la dernière et la seule fois que j’ai vu Mme Mclachlan. Et Beirut était déjà salle comble à l’Impériale lors de l’édition de 2009 du Festival d’été de Québec avant même que je m’y pointe pour faire la file à 17hrs

Samedi : METRIC!!!! Pouvez-vous croire que je n’ai jamais encore croisé le chemin d’Emily Haines? Non, ça n’est jamais arrivé. Déjà Vue : Metric était déjà salle comble à l’Impériale lors de l’édition de 2009 du Festival d’été de Québec avant même que je m’y pointe pour faire la file à 17hrs.

Dimanche : Marie-Pierre Arthur est venue en avril, je l’ai manqué. Et Vincent Vallières fut une de mes premières entrevues à vie sur les ondes de CHYZ 94,3 en 2001. Lui et Ariane Moffatt. Je ne sais pas pourquoi je dis ça. Peut-être un attachement émotif. Eh ben.

Ah pas de dilemme pour samedi et dimanche finalement! C’est assez avec les autres journées j’pense bien. Et comme je vis le Festival avec mes amies (on est toutes en vacances!!!) depuis bien des années, c’est peut-être à elles que je devrais laisser le choix cette année.