Un vide pour un plein

J’ai reçu ma passe de blogueuse officielle aujourd’hui du Festival d’été de Québec. Pour la première fois, je vais couvrir mon festival favori pour moi et moi seul. J’aurais la liberté de dire ce que je veux, de choisir le spectacle de mon choix et de partager ce dont j’ai envie de partager. La liberté totale.

Je vous entends déjà penser : «être festivalier, c’est déjà d’avoir cette liberté». Tout a fait.

Mais, je ne suis pas capable juste d’y être sans rien faire. Ça cloche dans ma tête.

Alors, je me suis fait un petit feu de préfestival question de faire le vide. Puis j’ai apporté mon ordinateur avec moi pour écrire ces mots. Première fois que je fais ça et c’est probablement, non certainement, la dernière fois que je le fais, car pour faire le vide, ce n’est pas un ordi que ça me prend, mais un moment de calme avec moi-même et un feu.

Et aussi ronflement de Chin-Chee en trame de fond.

Bref, je fais le vide pour faire le plein de découvertes, d’aventures, de rencontres et de clichés durant le Festival d’été de Québec. Y-a-t-il juste moi qui ai hâte??

***

Whoopie Goldberg était en ville hier soir, j’y étais et très sincèrement, j’ai le plus grand respect du monde pour elle. Lisez ce que j’ai à dire ici!
et une petite vidéo…

Coup de Coeur Roux de Bellefeuille!

Il n’y a pas juste moi qui ai eu un coup de cœur pour l’humoriste François Bellefeuille dernièrement. S’il s’est mérité l’Olivier de la Découverte de l’année ce printemps dernier, ça doit vouloir dire qu’il y a au moins deux autres personnes qui l’aiment.

Je n’avais jamais encore vu un numéro «live» jusqu’à vendredi passé, alors qu’il prenait part au gala de Mario Jean pour le Grand Rire de Québec. Disjoncter c’est peu dire d’un gars qui s’approprie un homard comme animal domestique. Et de le nommer Homard Khadir, c’est de circonstance sociale; peut-être en fera-t-il une fresque? «C’est blasé un homard», avoue-t-il. Je n’aurais jamais pu croire ça!

J’ai manqué son passage au Théâtre du Petit Champlain cet hiver. Déception, quand tu hantes mes nuits chaudes de sueur; je me pince d’un élastique au poignet tous les soirs afin de me remémorer la bêtise que j’ai faite. Ben non, je ne me pince pas au poignet…plutôt à la cheville!

Bref, saisissez la chance de voir cet absurde personnage avant de vous flagellez de remord comme moi!

Voici une photo que j’ai prise lors du Grand Rire de Québec vendredi le 8 juin, 2012.Image