Code d’éthique du petit festivalier

Connaissez-vous le chat de Cheshire de l’histoire Alice au Pays des Merveilles? Si oui, vous avez déjà surement vu la version Disney de cette histoire, où le chat est mauve lignée avec un énorme sourire aux dents toutes blanches qui prennent toute l’attention de son visage. J’adore ce personnage.

Lorsque John Bon Jovi (Bongiovi) est entré sur scène lundi soir, j’ai vu le sourire du chat de Cheshire. Un immense sourire tout blanc léché, digne des publicités de marque de dentifrice blanchissant. Et sur écran géant, ça frappe! Lorsque vous lirez un article qui vous dit que John Bon Jovi était tout sourire, pensé au chat de Cheshire! En plus, ça rime…

J’ai eu l’impression que la ville au complet se trouvait sur les plaines pour l’excellente prestation de Bon Jovi. J’aime et n’aime pas les foules. J’aime les foules respectueuses, pas celles de gens qui n’ont d’intérêt que pour leur propre nombril. J’ai fait un décompte de cinq types de festivaliers le plus fréquemment croisé:

La chialeuse : celle qui va sur les plaines avec son chum, qui lui tient la main pour ne pas se perdre, et qui lui laisse décider de l’endroit où ils vont regarder le spectacle. Tout le long elle regard autour d’elle, lance des commentaires sur tout ce que les gens font pour finalement quitter après la troisième chanson parce que lui, yé pu capable de l’entendre elle.

La pie : Lui il en prend de la Dry. Au fait, il l’achète à coup de six à la fois et en offre à tous ses chums. C’est lui qui cri le plus fort de sa gang pis qui jase constamment pour finalement rien dire de pertinent : «la guit a fesse man». Il écoute un peu ce qui se passe en avant, mais parle, parle, parle à tout le monde autour, même si personne ne l’écoute. Une vraie pie. Évidemment, que personne dans sa gang ne va lui dire de se taire y fournit la bière!

La familia : Ça arrive avec la poussette, les couvertes, les jeux gonflables, le pique-nique et un changement de linge pour trois saisons. Ça s’entasse dans le haut du pigeonnier, l’enfant a faim, a soif, veut la doudou et braille de fatigue. Devine qui est-ce qu’on entend le plus entre l’artiste qui chante sur scène et l’être qui hurle du bout de ses cordes vocales?

Le fêtard : Déjà sous l’influence de substances avant même d’arriver sur le site, le seul et unique but de cette personne est de ne pas se souvenir du spectacle auquel il/elle assiste.

Les amoureux : Seul au monde, ils se collent, se frenchent, se collent, se flattent les cheveux, les fesses, encore les cheveux, un petit bec sur le front, s’embrassent encore et encore DROIT DANS TON CHAMP DE VISION! D’où l’expression anglaise que j’aime le plus au monde : GET A ROOM!

Tous les soirs, sans exception, un de ces genres se frotte à mon entourage. Si chaque entreprise à son code d’éthique en matière de comportement, les festivals doivent en avoir un aussi. Tiens, voici donc le code d’éthique du petit festivalier selon Allison Van Rassel.

1- Tout de suite rendu sur un site, parle avec celui ou celle qui t’accompagne (en bougeant tes lèvres de haut en bas en prenant bien soin d’avaler) et demande-lui où il aimerait s’installer. Par la suite, donne-lui ton opinion. Venez-en à un consensus tout de suite au début, sinon TU VAS CHIALER TOUT LE LONG! Et puis si l’habillement de la fille en avant de toi te rend jalouse, cesse de la regarder. Ce n’est pas à elle de faire un effort, mais à toi de l’ignorer.

2-Ferme-là quand le spectacle commence. Si tu as quelque chose à dire à tes amis, attends donc entre deux pièces. Dis-toi qu’en moyenne, une chanson qui tourne à la radio dure trois minutes; peux-tu attendre trois minutes sans parler? Sinon, si ça presse tant que ça, dis-lui directement dans l’oreille pour que lui seul l’entende, après tout c’est à cette personne-là que ça s’adresse, non?

3-Faites garder les enfants! Ou, si vous décidez d’éduquer votre enfant sur le comportement à tenir en milieux peuplés où la musique est forte, lorsqu’il se met à pleurer sans arrêt et déranger tout le monde, QUITTEZ! De plus, et par respect pour ceux qui n’ont pas apporté avec eux un attirail de garderie, n’imposez pas votre territoire lorsqu’un site se remplit à pleine capacité. («J’adore les enfants, mais si les chaises ne sont pas permises, alors pourquoi les poussettes?» entendu sur le site du pigeonnier lors du Spectacle de Patrick Watson.)

4-Comme à la SAQ, si tu es déjà sous l’influence de l’alcool, on ne te vend pas d’alcool, point. Et si tu te comportes en saoulons pour attirer l’attention du petit blond aux yeux bleus en arrière de toi, oublie ça, tu fais juste perdre ta dignité. Et avec les réseaux sociaux, une dignité, ça peut se perdre très vite.

5-Les amoureux, GET A ROOM. Sinon, soyez discret. C’est beau l’amour, mais en privé c’est encore mieux.

Ais-je besoin de reparler de la cigarette?

Sur ce, bon restant de festival!